logo-Alcool     

Pour dégriser d’emblée les lecteurs, rappelons que selon la loi en vigueur « l’ivresse publique et manifeste (IPM ) est une infraction depuis 1873. Elle est régie aujourd’hui par le Code de la Santé publique :

Article L-3341-1 : Une personne trouvée en état d'ivresse dans les lieux publics est, par mesure de police, conduite à ses frais dans le local de police ou de gendarmerie le plus voisin ou dans une chambre de sûreté, pour y être retenue jusqu'à ce qu'elle ait recouvré la raison.

Lorsqu'il n'est pas nécessaire de procéder à l'audition de la personne mentionnée au premier alinéa immédiatement après qu'elle a recouvré la raison, elle peut, par dérogation au même premier alinéa, être placée par un officier ou un agent de police judiciaire sous la responsabilité d'une personne qui se porte garante d'elle.

Article L-3353-1 : Le fait de se trouver en état d'ivresse manifeste dans les lieux mentionnés à l'article L. 3341-1 est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 2e classe.( 150 euros au plus, article 131-13 du code pénal ) »

L’haleine alcoolisée est un indicateur

Que faire sans alcootest ? Seul 5% de l’alcoolémie sont éliminés par les poumons ; Une haleine chargée témoigne donc d’une alcoolémie déjà élevée. L’alcootest est légalement positif à 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré. A ce taux là, il faut mettre le nez presque dans la bouche du buveur pour percevoir l’alcool expiré. Et quand son haleine pue à 5 m, alors ? Il est nettement au-dessus des normes admises par le code de la route : 0,5 g/l, taux dépassé au 3ème verre de vin standard d’affilée, soit 3 unités d’alcool (une unité d’alcool = 10g d’alcool pur = 1 verre de vin )

 

Il faut savoir qu’il faut 1 heure au corps pour éliminer une unité d’alcool.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, on ne peux pas accélérer la désintoxication alcoolique : on peut stimuler l’attention et la vigilance temporairement quand l’alcoolémie n’est pas trop élevée, mais celle-ci persiste à son rythme métabolique, qui dépend de l’individu et des circonstances de consommation (ventre vide ou pas).

 

alcoolémie